Le Pâquier à Annecy, entre légende et pragmatisme !

Le Pâquier à Annecy, entre légende et pragmatisme !

Le Pâquier (mot francoprovençal pour pâturage) ou Champ de Mars est une vaste promenade de sept hectares et demi de la commune d'Annecy située sur les bords du lac et offrant une des plus belles perspectives sur le lac et les montagnes. En fait, le Pâquier d'aujourd'hui, cher au cœur des Annéciens et sujet d'émerveillement pour les touristes, est l'élément central d'un plus vaste ensemble de parcs et jardins avec les jardins de l'Europe, les jardins de l'Impérial Palace et la plage d'Annecy-le-Vieux.

 

 

Au début du XXe siècle, un investisseur l'avait surnommé « une anomalie au centre d'une ville », et de nombreux projets de construction ont pendant longtemps et jusque dans les années 1970 défrayé la chronique locale.

 

La légende raconte qu'une généreuse dame en fit don à la ville d'Annecy, cette légende est basée sur les écrits du Chanoine Claude-Antoine Ducis qui en 1892 dans La Revue savoisienne fit allusion « au don d'un carré de terrain par une dame Mossière pour les ébats des enfants de la ville » ; cependant la réalité est différente.

 

Les terrains du Pâquier originel, beaucoup plus vastes que le Pâquier actuel, mais trop près du lac donc trop humides, ont depuis toujours été utilisés en pâturage pour les bestiaux. Le terme pâquier vient du mot pour « pâturage » en arpitan savoyard; son nom en arpitan savoyard est Lo Paquiér [lo.pa.ˈki]. Peu à peu, au cours des siècles et au fil des héritages, le Pâquier s'est transformé en un ensemble de jardins, de vergers et de prés humides, appartenant à de nombreux particuliers, à des communautés religieuses ou même à l'hôpital.

 

Une autre famille beaucoup plus connue, celles des Menthon, était aussi propriétaire d'une importante partie des terrains du Pâquier, et selon les archives privées de la famille, le comte Bernard VI de Menthon (1562-1627) aurait fait en 1613 une donation aux enfants de la ville d'Annecy « d'un grand pré que l'on appelle Pâquier » à l'occasion de sa nomination comme colonel du régiment d'Annecy. En fait ce qu'il faut entendre dans le terme « enfants » ce sont les jeunes membres de la « compagnie des chevaliers tireurs », un groupement à vocation militaire pratiquant le tir à l'arc, à l'arquebuse et à l'arbalète.

 

Au début du 20ème siècle, un projet de champ de course, hôtel, tramway et casino est lancé mais laissé inachevé à la mort de son initiateur, Saturnin Favre. Le Casino-Théâtre bordant le canal du Vassé, dernier vestige et dernier bâtiment du champ de Mars sera rasé en 1981.